• Al-Hassan Al-Basrî -Qu'Allah lui fasse miséricorde- (m 110H) a dit : « Ne vous asseyez pas avec les gens de l'innovation et des passions, ni ne débattez avec eux, ni ne les écoutez. » (Ad-Dârimî dans son « Sounnan » 1/121 et Al-Lalika'i n°240)
  • Soufyân At-Tsawri –qu'Allah lui accorde la miséricorde- a dit : « L’innovation est plus aimée par le Diable que la désobéissance. On se repent de la désobéissance mais pas de l’innovation »
  • Sulayman ibn Musa -Qu'Allah lui fasse miséricorde- dit : « On ne prend pas la science d’un lecteur » (Al-Adab As-Shar’iya 2/147)
  • Tabarani rapporte selon 'umar : « Le savoir se résume en trois mots : Un verset explicite, une sounna établie et "je ne sais pas (Allah 'alam)" ! » (La Sounna, La Clé du Paradis - As-Souyuti)
  • Al-Hafidh Al-Baghdadi -Qu'Allah lui fasse miséricorde- ajoute : « C'est-à-dire qu’il a pris sa science de la bouche des savants, pas des livres » (At-Tamhid 1/46)
  • Ibn Sirin (Qu'Allah lui fasse miséricorde) l’intransigeant envers les innovateurs, disait : « Je n’écouterai pas d’eux la moindre narration » (La Sounna, La Clé du Paradis - As-Souyuti)
  • Ibn Al Qayyim – qu'Allah lui accorde la miséricorde - a dit : « Lorsque les cœurs sont occupés par les innovations, ils se détournent des sounan. » (Ighâtsatou Al-Lahfân, 1/213)
  • Al Foudaïl ibn Ayyâd – qu'Allah lui accorde la miséricorde - a dit : « Si tu vois un innovateur sur un chemin, engage-toi dans un autre chemin. Aucune œuvre de l’adepte de l’innovation n’est élevée vers Allah. Celui qui aide un adepte de l’innovation a en vérité apporté son aide à la destruction de l’islam . » (Talbîs Iblîs, 14)
Imprimer

Réfutation d'un discours erroné prétendant que certains cheikhs émérites se laisseraient influencer par les jeunes qui les entourent

Écrit par cheikh Muhammad Ibn 'Umar ibn Salim. Publié dans Réfutations (écrits)

> Réfutation

Réfutation d'un discours erroné prétendant que certains cheikhs émérites se laisseraient influencer par les jeunes qui les entourent.

> Par le noble Sheikh Muhammad Ibn 'Umar ibn Salim - Qu'Allah le préserve

> Traduit de l’arabe par le ‘Abdu-Rahman Colo
> le 17/Safar/1437, correspondant au 29/Novembre/2015 - À Montpellier


  • Écouter : Réfutation d'un discours erroné prétendant que certains cheikhs émérites se laisseraient influencer par les jeunes qui les entourent.

    Unable to embed Rapid1Pixelout audio player. Please double check that:  1)You have the latest version of Adobe Flash Player.  2)This web page does not have any fatal Javascript errors.  3)The audio-player.js file of Rapid1Pixelout has been included.

    Share selected track on FacebookShare selected track on TwitterShare selected track on Google PlusShare selected track on LinkedInShare selected track on DeliciousShare selected track on MySpace

    | Télécharger | Durée : 0 h 06 min


J'adresse les louanges à Allah et lui demande de couvrir d'éloges Son serviteur et messager, notre prophète Muhammad, ainsi que sa famille et l'ensemble de ses compagnons.

Le cheikh Muhammad Ibn 'Umar Ibn Salim Bazmul a dit dans son livre intitulé 'Ibaratun muhima (p.51) :

« Parmi les expressions prêtant à confusion on peut compter cette parole soutenue par certaines personnes disant que les jeunes qui sont autour de tel cheikh ont une mauvaise influence sur lui.

Méfiez-vous, chers frères, de ce genre de propos car ils relèvent du discours des partisans de l'innovation et de l'ignorance. Et j'ai pu les entendre visant le cheikh Ibn Baz - qu'Allah lui fasse miséricorde - de même que j'ai pu les entendre visant le cheikh Al Albani - Qu’Allah lui fasse miséricorde - ou d'autres cheikhs.

Il faut savoir que le caractère erroné de ces propos apparaît à plusieurs niveaux :

Premièrement :

Cela revient à accuser le cheikh en question de ne pas maîtriser ce qu’il rapporte et de laisser ses élèves lui faire croire ce qu'ils veulent. Or, à la base, le cheikh est considéré comme digne de confiance maîtrisant ce qu'il transmet. Ce genre de propos est donc contraire à ce qui est établi. À ce moment-là, soit on apporte la preuve de ce qui est avancé, soit cela doit être rejeté et ne pas être accepté.

Imprimer

Réfutation du principe erroné selon lequel on n'accepte la critique touchant la personne que l'on connait qu'à partir du moment où on la vérifie soi-même

Écrit par cheikh Muhammad Ibn 'Umar ibn Salim . Publié dans Réfutations (écrits)

> Réfuctation

Réfutation du principe erroné selon lequel on n'accepte la critique touchant la personne que l'on connait qu'à partir du moment où on la vérifie soi-même.

> Écrit par le noble Sheikh Muhammad Ibn 'Umar ibn Salim - Qu'Allah le préserve

> Traduit de l’arabe et annoté par le ‘Abdu-Rahman Colo
> le 01/Safar/1437 - À Montpellier


  • Écouter : Réfutation du principe erroné selon lequel on n'accepte la critique touchant la personne que l'on connait qu'à partir du moment où on la vérifie soi-même.

    Unable to embed Rapid1Pixelout audio player. Please double check that:  1)You have the latest version of Adobe Flash Player.  2)This web page does not have any fatal Javascript errors.  3)The audio-player.js file of Rapid1Pixelout has been included.

    Share selected track on FacebookShare selected track on TwitterShare selected track on Google PlusShare selected track on LinkedInShare selected track on DeliciousShare selected track on MySpace

    | Télécharger | Durée : 0 h 12 min


Louanges à Allah. Qu'Allah couvre d'éloges et salue Son serviteur et messager, notre prophète Muhammad, ainsi que sa famille et l'ensemble de ses compagnons.

Ceci dit :

Le cheikh Muhammad Ibn 'Umar ibn Salim Bazmul a dit dans son livre intitulé : " 'Ibaratun muhima " (p.62) :

«Parmi les expressions prêtant à confusion :

La parole de certaines personnes disant : «Je n'accepte la critique touchant la personne que je connais qu'à partir du moment où je la vérifie moi-même.»

C'est ainsi que certaines gens rejettent les paroles des 'ulémas relatives aux mises en garde qu'ils émettent visant des personnes étant tombées dans l'innovation en religion, et, de ce fait, négligent les droits dont disposent les 'ulémas dignes de confiance, droits qu'il est obligatoire d’observer.

Et je vais clairement exposer la nullité de ce genre de paroles à travers plusieurs points en demandant à Allah la réussite, la guidée, la droiture et la justesse.

Premier point :

Sache - qu'Allah m'accorde ainsi qu'à toi la réussite afin de concrétiser ce qu'Il agrée - que les paroles des 'ulémas dans le cadre de la mise en garde contre les partisans de l'innovation relèvent du domaine de l'information et non du domaine de l'effort d'analyse. De ce fait, il est obligatoire d'accepter les informations de la personne digne de confiance et interdit de les rejeter, et il n'est pas concevable de les rejeter en disant : «je n'accepte cela qu'à partir du moment où j'ai moi-même confirmé cette chose dont est accusé la personne critiquée».

Il faut savoir que l’expression en question s'oppose à un fondement connu des gens de science, je vise par-là l'acceptation des informations provenant de personnes dignes de confiance.

Imprimer

Quel est le jugement de l'Islam sur le fait de tester les partisans de l'innovation et leurs semblables ?

Écrit par Abdu-Rahman Colo. Publié dans Réfutations (écrits)

> Biographie

Quel est le jugement de l'Islam sur le fait de tester les partisans de l'innovation et leurs semblables ?

> Écrit par le noble Sheikh Rabi‘ Ibn Hadi ‘Umeyr Al Madkhali - Qu'Allah le préserve

> Traduit de l’arabe et annoté par votre frère ‘Abdu-Rahman Colo
> le 09/12/1435


Louanges à Allah. Éloges et salut d'Allah sur le messager d'Allah, sa famille, ses compagnons et ceux qui auront suivi leur voie./span>

Ceci dit :

De nombreuses discussions ont eu lieu à propos [de la légitimité] du test des partisans de l'innovation et de leurs semblables. J'ai donc considéré qu'il était impératif d'exposer le jugement que porte l'Islam sur ce procédé, en me basant sur le Coran, la Sunna et les positions et paroles des imams de l'Islam et de la Sunna concernant ce sujet, afin que le musulman y soit éclairé et clairvoyant.

Quant au Coran :

Allah y dit : " Ô vous qui avez la foi, quand les croyantes viennent à vous en émigrées, testez-les. Allah connaît mieux leur foi. Si vous constatez qu'elles sont croyantes, ne les renvoyez pas aux mécréants. Elles ne sont pas licites [en tant qu'épouses] pour eux, et eux non plus ne sont pas licites [en tant qu'époux] pour elles. "

Quant à la Sunna, nous y trouvons que le messager d'Allah  a testé la servante en lui disant :

- Où est Allah ?

- Au-dessus du ciel, répondit-elle.

- Qui suis-je ? Poursuivit-il.

- Tu es le messager d'Allah.

Il dit alors à son maître Mu‘awiya Ibn Al Hakam Sulami : « Affranchis-là, car c'est une croyante. »

> Lire la suite...


Quel est le jugement de l'Islam sur le fait de tester les partisans de l'innovation et leurs semblables ?
Sheikh Rabi‘ Ibn Hadi ‘Umeyr Al Madkhali - Qu'Allah le préserve.
Traduit et annoté par ‘Abdu-Rahman Colo - qu'Allah le récompense!

Imprimer

Réplique du Cheikh Najmi au livre intitulé: Appel à la bienveillance entre les gens de la Sunna...

Écrit par Abdu-Rahman Colo. Publié dans Réfutations (écrits)

> Minhaj

Réplique du Cheikh Najmi au livre intitulé: "Appel à la bienveillance entre les gens de la Sunna" du cheikh ‘AbdelMuhsin Al ‘Abbad

Écrit par Cheikh Ahmad Ibn Yahya Najmi - qu’Allah lui fasse miséricorde

> Traduction adaptée et rapprochée : Abu Khadidja Al Djazairy & ‘AbdeRahman Colo - Qu’Allah les préserve -


Louanges à Allah. Que Ses éloges et le salut soient sur celui après qui il n'y aura plus de prophète.

Ceci dit :

Ce qui suit est la traduction d'une réplique écrite par le cheikh Najmi v visant le contenu du livret composé par le cheikh 'Abdel Muhsin Al 'Abbad - qu'Allah le préserve -, intitulé Rifqan ahl a-Sunna bi ahl i-Sunna . Cette initiative est motivée par plusieurs points :

1. Contribuer à établir la vérité sur des sujets religieux importants abordés par le cheikh 'Abdel Muhsin Al 'Abbad dans le livret cité plus-haut.

Parmi ces sujets :

• La position à adopter vis-à-vis de l'adepte de la Sunna qui tombe dans l'erreur.

• Doit-on mettre en garde contre son erreur ? Est-ce que cela relève du fait de scruter les défauts et de médire d'autrui ?

• Est-il permis de faire preuve de dureté à son encontre ?

• Est-il envisageable qu'il sorte de la sphère des adeptes de la Sunna ? Si oui, dans quels cas ?

• Est-il religieusement légitime de tester les gens à partir de leurs positions vis-à-vis d'autrui ?

2. Contribuer à la défense de la Sunna et de ses adeptes qui sont l'objet d'attaques de la part de certains innovateurs qui utilisent l'ouvrage du cheikh 'Abdel Muhsin afin de les taxer d'exagérateurs.

3. Mettre en évidence la nullité du fait que les innovateurs se cachent derrière cet écrit.

Il faut savoir que ceux qui s'opposent à la voie de la Sunna et de ses adeptes sont de deux sortes :

1. Les groupes égarés de tous bords, parmi les mouvements et groupes de khawarij tels que les ikhwan al muslimun, les qutbi, sururi et autres haddadi, ou ceux relevant du soufisme et autres parmi les partis innovés. D'ailleurs, le cheikh 'Abdel Mushin a clairement affirmé que ce genre d'individus n'est pas visé par son livre. Il a, en effet, été questionné à propos dudit livre le 8/5/1424 (30/06/2003) et répondit : « Le livre que j'ai dernièrement écrit, à savoir Rifqan ahl a-Sunna bi ahl i-Sunna n'est en aucun cas lié aux individus que j'ai mentionné dans Madarik u-nazhar. Il ne vise pas al ikhwan al muslimun, ni ceux qui sont influencés par Sayyid Qutb ou autres sectaires. Il ne vise pas non plus ceux qui sont empêtrés dans le suivi de l'actualité, la critique des gouverneurs ou qui tentent de dissuader [la masse des musulmans] de revenir aux ulémas . Il ne vise pas ces gens-là, ni de près, ni de loin. Il vise uniquement les adeptes de la Sunna, et ne concerne en aucun cas ces groupes ayant dévié de la voie des adeptes de la Sunna et du groupe uni sur la vérité. »

2. Ceux qui se font passer pour des adeptes de la Sunna alors qu'ils n'en font pas partie.

Le danger de cette deuxième catégorie est d'autant plus grand qu'ils laissent apparaître qu'ils sont salafis, et que certains adeptes de la Sunna pensent qu'ils le sont, alors qu'en réalité, ils les combattent de l'intérieur en propageant dans leurs rangs le faux, les innovations et les ambiguïtés.

Ces derniers ont su utiliser l'écrit du cheikh 'Abdel Muhsin afin de semer le trouble dans l'esprit du commun des musulmans, voire de certains étudiants, et ce, à cause du fait que les propos du cheikh tendent plus vers la généralité que vers le développement, et penchent plus vers la superficialité que vers le détail. Ce qui a eu pour conséquence que ceux qui se réclament de la Sunna, en apparence, tout en y étant, en réalité, étrangers, se sont mis à brandir l'épître Rifqan en tant que bouclier face aux critiques fondées et scientifiques des adeptes de la Sunna, visant leurs déviances et égarements, en se cachant derrière lesdites généralités contenues dans le livret en question.

C'est d'ailleurs là, l'habitude des partisans de l'innovation. À ce titre, l'imam Chawkani a dit dans Adab u-talab wa muntaha-l-arab (p.43) : « La ligne de conduite suivante est de mise chez les partisans de l'innovation - depuis bien longtemps et jusqu'à nos jours - : ils se réjouissent du fait qu'un savant prononce une seule parole [qui irait dans leur sens], en exagérant dans le fait de la diffuser et de la propager entre eux, en la considérant comme un argument soutenant leur innovation et en l'utilisant pour contrer ceux qui viennent les blâmer. »

Certains d'entre eux utilisent même cet écrit afin de taxer de sectaires ceux qu'ils considèrent visés par les propos du cheikh, comme ce fut le cas de l'individu qui traduisit l'article qu'écrivit le cheikh 'Abdel Muhsin, daté du 16/01/1432 (07/12/2010) et intitulé Wa marratan ukhra : Rifqan ahl a-Sunna bi ahl i-Sunna . En effet, bien que le cheikh y appelle, à nouveau, ceux qu'il considère comme étant les adeptes de la Sunna à être doux entre eux et à ne pas se diviser et se tourner le dos, on remarque que le traducteur a dit, en commentaire d'un passage dans lequel le cheikh 'Abdel Muhsin critique les agissements d'une partie minoritaire des adeptes de la Sunna, en comparant certaines de leurs actions qu'il considère répréhensibles à la voie d'al ikhwan al muslimun et de son fondateur : « C'est-à-dire : Hassan Al Banna ! Les acteurs de cette fitna sont donc sectaires, équivalents aux frères musulmans ! »

Quel manque d'honnêteté scientifique flagrant ! Le cheikh écrit un article qu'il intitule Encore une fois : Appel à la bienveillance entre les gens de la Sunna, il y appuie à plusieurs reprises sur le fait que les gens dont il critique les agissements font partie des adeptes de la Sunna, puis ce traducteur ose tirer des propos du cheikh qu'ils seraient sectaires !

***

Ceci dit, après cette brève introduction, et avant de laisser le lecteur prendre connaissance du contenu des remarques adressées par le cheikh Najmi, je souhaiterai attirer l'attention vers un point important : Il convient de savoir que les paroles des ulémas ont leur poids dans la Charia de l'Islam. Cependant, du fait qu'ils ne sont pas infaillibles, elles ne sont pas considérées comme des preuves en elles-mêmes. Sera donc pris en considération ce qui est en conformité avec les preuves religieuses.

La compréhension des ulémas doit donc être considérée comme un moyen de comprendre la religion en éclairant sa lanterne par la lumière de leur savoir .

L'imam Chafi'i a dit, comme lui a attribué Ibn Al Qayyim dans I'lam u-l-muwaqqi'in (1/34): « Les gens sont unanimes concernant le fait qu'il n'appartient pas à celui qui aurait pris connaissance de la Sunna du messager d'Allah , de la délaisser au profit de l'avis de qui que ce soit. »

Il est possible que le lecteur émette l'objection suivante : D'autres hommes de science n'ont-ils pas dit du bien du livre Rifqan écrit par le cheikh 'Abdel Muhsin?!

Objection à laquelle nous répondons à travers les points suivants :

1. Pour connaître la vérité, ce sont les preuves qui doivent être prises en compte, pas les hommes. Analysons-donc le discours de chacun et basons-nous sur les preuves avancées par chacun afin d'adopter la position conforme à la Sunna.

2. Il est des situations dans lesquelles la position de vérité n'apparait pas à certains ulémas de mérite tout en apparaissant à d'autres.

Ibn Hajar - qu'Allah lui fasse miséricorde - a dit dans Al Fath (1/96), en commentaire du hadith d'Ibn 'Umar selon lequel le prophète  a dit : «Il m'a été ordonné de combattre les gens jusqu'à ce qu'ils attestent que nulle divinité ne mérite d'être adorée en dehors d'Allah et que Muhammad est le messager d'Allah. Et s'ils font cela, ils auront alors préservé de moi leurs sangs et leurs biens, sauf pour ce qui est du droit de l'Islam. Et leur sort est auprès d'Allah.», et concernant la discussion qui eut lieu entre Abu Bakr et 'Umar c concernant le cas de ceux qui, après la mort du prophète , se refusèrent à verser la zakat : « Dans ce récit, il y a une preuve indiquant qu'il est possible que [la position conforme à] la Sunna n'apparaisse pas aux yeux de certains des grands compagnons, tout en apparaissant à certains autres. C'est d'ailleurs pour cela que l'on ne doit pas prêter attention aux simples avis - même s'ils sont forts -, lorsque la Sunna s'y oppose, de même qu'il ne doit pas être dit : Comment cela a-t-il pu échapper à untel ? Et c'est Allah qui accorde la réussite.»

3. Les quelques propos élogieux tenus par certains ulémas, à propos du livre Rifqan, restent des paroles générales dans lesquelles ils visent principalement l'appel adressé par le cheikh 'Abdel Muhsin aux adeptes de la Sunna afin qu'ils fassent preuve de douceur entre eux.

Or, en lisant les remarques contenues, à titre d'exemple, dans la réplique du cheikh Najmi, on se rend compte qu'il a abordé d'autres points, comme pourra s'en rendre compte le lecteur, si Allah le veut.

J'invite donc le lecteur à analyser le discours et les preuves qui y sont avancés.

Ibn Al Qayyim a dit :

Le savoir c'est connaitre la Vérité, de sa preuve, étayée

Cela ne pourra jamais, par le suivi aveugle, être égalé

J'implore Allah de faire de ce modeste travail de traduction une œuvre lui étant exclusivement vouée. Qu'Allah fasse miséricorde aux ulémas de la Sunna et qu'Il préserve ceux qui, parmi eux, sont encore vivants.

Qu'Allah couvre d'éloges et salue Son serviteur et messager, notre prophète Muhammad, ainsi que sa famille et l'ensemble de ses compagnons. Et les louanges sont adressées à Allah, le Seigneur de l'univers.

'AbdeRahman Colo
À Gigean, le 03/01/1436  



Au Nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

À l'attention de l'honorable cheikh, l'éminent savant, le respecté, ‘Abd Al Muhsin Ibn Hamad Al ‘Abbad Al Badr, que la paix soit sur toi ainsi que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions.

Ceci dit :

Mon frère, j'ai reçu un appel téléphonique de ta part la nuit du jeudi 10/05/1424H, au cours duquel tu m'as fait des reproches et m'as dit que tu avais reçu un appel te rapportant un enregistrement dans lequel j'aurais dit au questionneur que ce livre, à savoir ton livre "Appel à la bienveillance entre les gens de la Sunna", ne peut être diffusé que par un innovateur.

Quant à moi, je dis : Allah sait que je ne t'ai pas taxé d'innovateur et que je ne visais pas cela. Car je te considère de ceux qui font partie des adeptes de la Sunna et qui luttent pour sa propagation. Néanmoins, je considère l'écriture d'un tel livre de ta part comme étant une atteinte à cette Sunna que tu continues à propager et que tu enseignes aux gens depuis longtemps, bien que j'ai la conviction que tu ne cherchais pas du tout à porter atteinte à la Sunna, et que ton but était, à mon avis, la réconciliation entre deux partis : l'un trop zélé qui, à cause de son emballement, sort de la juste mesure, et l'autre étant modéré. Et Allah est plus savant.

Cependant, tu as été préjudiciable en écrivant ce livre qui laisse entrevoir que tu cherches à dissuader les salafis de s'exprimer au sujet des partisans de l'innovation et d'en faire la critique.

Deuxièmement : Le contenu de ce livre laisse apparaître que tu les considères fautifs du fait des propos qu'ils tiennent en réplique aux partisans de l'innovation, que tu les blâmes pour cela et les critiques pour avoir agi ainsi.

Troisièmement : Alors que la réfutation des partisans de l'innovation est l'un des actes de dévotion les plus importants par lesquels on se rapproche d'Allah, tu en fais l'un des pires crimes qu'il soit...

Lire la suite 




Réplique du Cheikh Najmi au livre intitulé: Appel à la bienveillance entre les gens de la Sunna...
Écrit par Cheikh Ahmad Ibn Yahya Najmi - qu’Allah lui fasse miséricorde .
www.sahab.net

Newsletter Actualité · Rester informé

Inscrivez-vous à la newsletter !
En vous abonnant à notre newsletter, vous serez les premiers informés : de la date des cours et de la publication des cours sur le site !